Tourisme en transition sur le Plateau du Vercors

Premier épisode d’une série d’articles sur les territoires de montagne en transition dans les Alpes

Le massif du Vercors est un territoire de moyenne montagne situé en Isère et en Drôme, à proximité de Grenoble et Valence. Il accueille le Parc Naturel Régional du Vercors qui comprend également la Réserve Naturelle Nationale des Haut Plateaux (avec 17000 hectares, c’est la plus grande réserve naturelle de la métropole). Avec un point culminant à 2341m (le Grand Veymont), il fait partie des territoires touristiques les plus touchés par le réchauffement climatique et le manque de neige associé.

Retour sur 3 jours d’arpentage et de rencontres, dans le cadre du Master Tourisme Innovation Transition de l’Université Grenoble-Alpes, à la rencontre des transitions en cours sur le Plateau des 4 Montagnes entre Corrençon en Vercors et Autrans en passant par Villard de Lans et Lans en Vercors.

Le Plateau du Nord Vercors est relativement bien desservi en bus depuis Grenoble et c’est donc depuis la gare de Grenoble que commence mon périple, avec un bus Transisère et mon vélo dans la soute pour rejoindre Villard de Lans.

Villard de Lans un village station de ski en quête d’évolution

Villard de Lans est la plus grosse station de ski alpin du Vercors : elle comprend 125 km de pistes avec des altitudes comprises entre 1140m jusqu’à plus de 2000m. Pionnière dans le ski avec des premier téléskis dès les années 1930, la station de Villard de Lans s’est développée à partir de 1950 avec une première télécabine puis plus tard à l’occasion des Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 et dans les années 70 (alors même que le site n’était au départ pas considéré par l’Etat et son plan neige comme suffisamment intéressant pour y créer une station du fait de son climat et son orientation trop ensoleillée).

L’architecture des différents sites de la station, aménagés à proximité du cœur du village historique, s’apparente à ce que l’on trouve dans les stations classiques de modèle intégré où l’on regroupe l’ensemble des hébergements et services au pied des pistes.

En ce début de saison, le manque de neige est bien visible sur le bas du domaine skiable. La station a investi dans de nombreux canons à neige, mais la température trop chaude les empêche de fonctionner, et il arrive également que le redoux et la pluie fassent disparaître la neige produite. Ce phénomène est bien sûr amplifié par le réchauffement climatique actuel qui augmente le nombre de jours de pluie et réduit ceux avec des chute de neige. La neige de culture ne pouvant donc être une unique solution pour assurer la skiabilité, la télécabine permet aux skieurs de skier plus haut sur le domaine même lorsque qu’il n’y a pas assez de neige pour skier jusqu’en bas.
L’artificialisation des domaines skiables pour faire face au réchauffement climatique représente un certain coût qui réduit actuellement leur rentabilité : par exemple, le mètre cube de neige produite est estimé autour de 3€ (pour prendre en compte l’eau, l’énergie et la main d’oeuvre) et une bonne dameuse coûte de 400 000€ à 800 000€ ! On estime qu’un domaine est rentable s’il a encore au moins 100 jours avec au minimum 30cm de neige.

Si le développement de Villard de Lans s’est construit sur le tourisme, le village est vivant toute l’année, d’après Didier Lalande le directeur adjoint de l’Office du Tourisme, l’économie résidentielle serait par ailleurs aussi forte que l’économie touristique. Cette évolution est notamment due à l’installation de nouveaux résidents à l’année. L’Office du Tourisme met en avant la nécessité de diversifier les activités toute l’année et de ne pas tout miser sur le ski. Didier Lalande prône une relative préservation des espaces naturels (en dehors du domaine skiable déjà aménagé), et des activités nécessitant de faibles aménagements,  pour éviter de transformer la montagne en “parc d’attraction” comme cela peut se faire dans certaines stations.

Les choix de développement de la station sont cependant incertains depuis qu’elle a été racheté par Tony Parker, il semble à première vue que la station va continuer de mettre en avant principalement l’offre de ski et ses hébergements (de nouveaux logements étant annoncés).
La station de Villard de Lans et plus globalement le plateau du Vercors attirent de nombreux publics sportifs, qui au delà du ski, recherchent des équipements et un bel environnement naturel. On y trouve un centre aqua-ludique, une patinoire, un espace de détente et remise en forme, des terrains de sport,…

La Via Vercors une nouvelle voie douce en toute saison

La Via Vercors est une piste balisée prévue pour les vélos comme les randonneurs à pied qui permet de parcourir le nord du Vercors entre Engins et Corrençon en Vercors. Elle vient compléter l’offre d’itinéraires déjà existants notamment pour l’itinérance, dont l’emblématique traversée du Vercors. En ce début d’hiver très faiblement enneigée, la piste est dégagée sauf sur de courtes portions et j’ai donc profité de l’occasion pour la découvrir. L’itinéraire peut être partagé avec des tracteurs, les activités agricoles étant encore très présentes dans le Vercors. Lorsque la neige est bien là, elle peut également être utilisée pour des activités neige (fatbike, ski de fond, raquettes,…). Cette voie douce invite également à découvrir des lieux singuliers du plateau.

Vercors Cuir l’artisanat avant le tourisme

Vercors Cuir est une activité artisanale démarrée en 2010 par Sophie (qui a notamment travaillé dans le développement touristique du Parc du Vercors) et Alain (ancien professeur). Il s’agit donc d’un choix de reconversion pour développer une activité non touristique, un pari précurseur à l’époque. Vercors Cuir produit ainsi de nombreux objets en cuir (sacs, ceintures, …) et mise sur la qualité et la production en local qui est de plus en plus plébiscitée. L’activité ne s’arrête pas à la simple production puisqu’ils ont aménagé une chaleureuse boutique atelier qui permet de faire découvrir les produits et leur fabrication aux touristes de passage, le tourisme n’est donc pas totalement oublié !

Verts et Co les citoyens choisissent la transition

Verts et Co se définit comme une “fabrique d’idées vertes et solidaires vers la transition”. Cette association réunie un collectif d’habitants pour mener des actions et événements autour de la transition sur le territoire du Vercors. Basée à Lans en Vercors, elle a mis en place un tiers lieu, les comptoirs Verts et Co, qui est à la fois un espace de co-working, un café et un lieu d’organisation d’événements et ateliers.

La Jolie Colo pour jouer collectif

une reproduction de sculpture pour une exposition

La Jolie Colo est un collectif d’entrepreneurs qui a choisi de s’établir à Autrans dans une ancienne colonie de vacances de la Ville de Grenoble, avec le soutien des acteurs du territoire. Ce tiers lieu abrite une dizaine d’entreprises et correspond à une vingtaine d’emplois. Les activités professionnelles sont variées, de la boulangerie traditionnelle à l’atelier de fabrication de maquettes pour des musées en passant par la création artistique,  la réalisation d’instrument de musique ou encore du maraîchage. Un projet de fablab est également à l’étude. Au delà des emplois permettant à certains vertacomicoriens de rester vivre au pays, ce projet permet également de dynamiser les échanges et la vie locale (une programmation culturelle est aussi prévue).

Machines d’atelier de fabrication
réalisation de maquettes

Autrans un village en transition touristique et démocratique

Le village d’Autrans est surtout connu pour son festival de film de montagne. Comme la plupart des villages du Vercors, il a jusqu’à présent un développement fortement basé sur le tourisme ; Autrans a également accueilli certaines épreuves des JO de 1968 (saut à ski, épreuve de fond,…). Mais la neige y fait régulièrement défaut ces dernières années au point de mettre en péril les activités de ski (le ski de fond principalement) et certains événements : la course de la Foulée Blanche a ainsi dû être annulée à plusieurs reprises faute de neige. Son maire, Thierry Gamot, est également investi dans le développement du ski de fond en tant que président de Nordic France mais il travaille à la diversification des activités de sa commune. Pour cela, il cherche à s’appuyer sur les citoyens au sein du collectif Meautransition au travers une démarche participative pour recueillir l’avis des habitants et choisir avec eux les alternatives à mettre en place.

Au delà du tourisme et des nouvelles activités se développant sur le plateau, le Vercors compte également de nombreux atouts avec une agriculture installée depuis longtemps ainsi que les ressources en bois issues des forêts (néanmoins aussi touchées par le réchauffement climatique et la sécheresse).

Il est également à souligner qu’un certain nombre d’habitants rencontrés ont déjà entamé des reconversions ou diversification de leurs activités, ou se posent des questions sur l’avenir de leur travail (en particulier pour les moniteurs de ski)

Après ces riches rencontres et échanges, je redescends du plateau par le col de la Croix Perrin

En repartant du Vercors, une activité qui a encore de l’avenir !

Vincent MARTIN pour Alpes-Là

Aller plus loin :

Laisser un commentaire